Énergie

Vous êtes ici : Accueil » Énergie » Trump : retour vers le passé

Trump : retour vers le passé

etats-unis

Celui que les médias américains qualifiaient en 2015 de milliardaire excentrique, a créé la surprise pour ne pas dire la stupéfaction en devenant, le matin du 8 novembre, 45ème Président des États- Unis. Pourquoi tant d’étonnement, ne sommes-nous pas entrés dans la téléréalité depuis des années à travers toutes ces émissions venues d’Outre-Atlantique ? Doit-on y voir le triomphe, non pas de la réal politique, mais de la politique people ?

Nous ignorons souvent l’histoire de l’Amérique : son indépendance déclarée et signée le 4 juillet 1776 dans la bibliothèque de Versailles avec l’aide du roi Louis XVI et de toute sa cour, La Fayette en tête, au point de laisser nos finances publiques en déshérence.
Ce pays, inventé à travers un rêve de fraternité, allait en repoussant ses frontières vers l’Ouest, exterminer de nombreux peuples autochtones. Leurs descendants légitimes vivent pour la plupart dans des réserves mais quelques-uns ont pris la relève. Ils ont fait des études supérieures, souvent juridiques, et obtenu des dédommagements économiques sérieux et la possibilité d’exploiter – par exemple, des casinos – pour réparer un peu l’invasion sauvage au 19ème siècle d’européens affamés. Les États-Unis, avec quatre fuseaux horaires sur un territoire de 9,631 millions de km2, pouvent survivre seul. Leur réussite économique est souvent insolente. Ses médias furent les premiers à inventer le rêve américain donnant au monde entier l’image d’un pays prospère, ultra-moderne où chacun peut tenter sa chance. C’était déjà vrai au début du siècle avec René Dubos, ingénieur agro, qui fut embauché à l’Institut Rockefeller et y découvrit, le premier, les antibiotiques avant de devenir en 1972, la référence pour le premier Sommet de Stockholm.
C’est le pays de toutes les audaces et de toutes les gloires. L’Europe, voulue par Jean Monnet et Schuman, n’a pas su relever le défi et s’est empêtrée dans des complications sans fin et une légitimité de plus en plus remise en cause. Ce continent disparate, mais si talentueux, n’a pas eu de défenseur charismatique et, face aux crises annoncées, il semble se déliter. Qu’en sera-t-il avec Donald Trump ?

OU
OU

 

Commentaires