Politique

Vous êtes ici : Accueil » Vie publique » Politique » Nicolas Hulot Ministre

Nicolas Hulot Ministre

Cela fait des années qu’à chaque élection présidentielle, la rumeur l’annonçait au poste de ministre de l’Environnement, du Développement Durable, ou même candidat à la magistrature suprême. Aujourd’hui, le voilà ministre et lors sa première conférence de presse pour lancer la Semaine du développement durable européenne nous avons essayé de lire entre les lignes de son intervention qui était tout, sauf convenue.

Ceux qui prévoient qu’il démissionnera vite se trompent. Il cherchera à établir un dialogue entre toutes les parties prenantes. Ne jouant pas les experts, il saura sans doute les écouter tout comme il écoutera la société civile, avec à ses côtés de solides collaborateurs comme Michèle Pappalardo qui fut la directrice de cabinet du ministre de l’Environnement, Michel Barnier.

Ne lisant pas un discours figé auquel personne n’aurait cru, il a rappelé sa volonté de garder un cap humaniste, d’aller à l’essentiel. Il a souligné qu’il s’agissait de convaincre et ne pas oublier ceux et celles qui connaissent des situations de précarité économique. L’écologie doit permettre de trouver des solutions acceptables pour lutter contre la pauvreté.

Le développement durable est pour Nicolas Hulot un contrat de société, qui devrait préserver les diversités culturelles et naturelles.

Il souhaite structurer les actions de son ministère, devenu désormais « ministère de la transition écologique et solidaire », autour de trois axes: sobriété, humilité, dignité. Trois mots qui font augurer une prise en compte pragmatique et inspirée d’une écologie qui n’oubliera pas la réalité et devra convaincre et séduire.

Le voilà sous les feux de la rampe celui qui, habitué à raconter la nature et à la filmer va devoir, dans un monde où les technologies ont séparé ceux qui savent de ceux qui ignorent, affirmer une écologie au service des hommes.

« Courtiser la nature » comme l’écrivait René Dubos, voilà un programme exigeant qui pourrait rendre à l’écologie ses lettres de noblesse, l’éloignant des partis pris et des ambitions personnelles. Bonne chance Monsieur Hulot. ■

Commentaires