Les anciens numéros

Vous êtes ici : Accueil » Magazines » 20 ans d’archives » Les anciens numéros » N°134 – Mai 2015

N°134 – Mai 2015

Valeurs-Vertes-134INHUMANITÉS
Dans son chapitre sur Shakespeare, Victor Hugo écrit : « Il n’y a pas de plus sublime spectacle, l’humanité délivrée d’en haut, les puissants mis en fuite par les songeurs, le prophète anéantissant le héros, le balayage de la force par l’idée. » Qu’écrirait-il aujourd’hui sur ce monde en guerre ? Comment pourrait-il supporter l’indifférence honteuse de la plupart de nos contemporains face à ces exodes épouvantables qui submergent aussi bien la Méditerranée que des mers plus lointaines ?

Au moment où nous parlons climat, une guerre sournoise envahit le monde. Pouvons-nous accepter que des peuples entiers, au nom d’idées archaïques de pseudo-religions, ou de guerres économiques, soient jetés sur les mers, sans eau, sans vivres, sans terres pour amerrir ? Il faut trouver des solutions autres et non jouer les pleureuses. Cela ne signifie pas tout accepter car, un pays submergé par une immigration non consentie, devient vite une barque surchargée vouée au naufrage.

Comment se réunir pour donner de l’avenir à ces gens qui fuient la misère et la guerre ? Comment empêcher que leurs dirigeants, avec la complicité de certains gouvernements, ne mettent à l’abri les leurs et que leur fortune, souvent volée à leur peuple, disparaissent dans les coffres des pays dits riches.

L’initiative de Jean-Louis Borloo sur l’électrification de l’Afrique est intelligente mais elle doit aussi accompagner une véritable gouvernance. L’accès à l’énergie, doit servir à rendre tous ces pays libres d’apprendre, de réaliser, de construire.

Comment pouvons-nous accepter que l’on dépense des centaines de millions d’euros pour soi-disant sauver la planète et ne pas voir que notre époque hypocrite est en pleine phase d’inhumanité ? Comment peut-on se gargariser de RSE face à tant d’ignominie, d’indifférence, d’hypocrisie sociale.

Nous sommes tous sur la même planète.

Aux actes ! Pour que les mots ne stagnent pas entre bonnes intentions et communication, il faut organiser une Conférence de Paris sur les déplacés et l’immigration du malheur.

OU
OU

AU SOMMAIRE

ÉDUCATION À L’ENVIRONNEMENT
POLYTECHNIQUE : UN INCUBATEUR D’IDÉES VERTES

INDUSTRIE
LES SECRETS D’UNE IMPLANTATION RÉUSSIE

CLIMAT
LE RÔLE DES COLLECTIVITÉS LOCALES
COP21 – L’ÉCONOMIE COLLABORATIVE PEUT-ELLE CONTRIBUER À LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ?

SANTÉ
LES VRAIS HÉROS D’ÉBOLA
LES MALADIES LIÉES AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
LE COÛT DE LA NON APPLICATION DU PRINCIPE DE PRÉCAUTION

COLLECTIVITÉS LOCALES
LA “COMMUNE NOUVELLE” : L’IMAGINATION AU POUVOIR

FINANCE
QUELLE STRATÉGIE BIODIVERSITÉ POUR LES ENTREPRISES DU CAC 40

ÉNERGIE
GAZ NATUREL ET TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
FUKUSHIMA : ÉTAT DES LIEUX

ENTREPRISE
ACHATS DURABLES : QUELS CHOIX ?

POLITIQUE
QUEL AVENIR POUR L’ÉCOLOGIE POLITIQUE ?

CHRONIQUE
“EN FAIT”, IL N’Y A PLUS D’ÉCOUTE

EN BREF…
CHIFFRES
LES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE
LIVRES
BRÈVES BIODIVERSITÉ, FINANCE, ENTREPRISES, ASSOCIATIONS, INNOVATIONS, AGENDA

Commentaires