Environnement

Vous êtes ici : Accueil » Environnement » MUSÉE DE LA CHASSE UN LIEU SURPRENANT

MUSÉE DE LA CHASSE UN LIEU SURPRENANT

MUSeE-DE-LA-CHASSE-UN-LIEU-SURPRENANTGrand chasseur, François Sommer a finalement troqué son fusil pour un appareil photo. Dès les années 1960, il prend conscience de la fragilité des espèces et milite pour une chasse responsable, mission de la Fondation qu’il crée en 1964, suivie en 1967 par le Musée de la Chasse et de la Nature. Au coeur du Marais à Paris, c’est un lieu où l’art – des bas reliefs antiques aux installations les plus contemporaines – ouvre un dialogue aussi inattendu que captivant sur les relations entre l’homme et l’animal.

Ce musée fait tomber les préjugés. On s’attend à des couloirs sombres d’où surgiraient des têtes de cerf vieillissantes et tristes, à une odeur de renfermé et de poudre, à des gardiens gagnés par une atmosphère forcément morbide. Quelle surprise, et quel bonheur, de trouver une adresse accueillante, où les vastes canapés invitent à la contemplation des animaux majestueux et des oeuvres d’art intrigantes, où les gardiens lancent des discussions passionnées, où le regard découvre une infinité de détails et d’objets qui questionnent notre rapport à la nature. Le musée s’apparente à une forêt, où qui veut bien prendre le temps de regarder découvre un lieu d’une richesse insoupçonnée, depuis ce tableau de Diane à la chasse peint par Rubens et Bruegel à la sculpture envoutante d’un faune en écorces de bouleau, de Janine Janet.

Liberté intellectuelle et esthétique

Les collections du musée de la Chasse et de la Nature proviennent en grande partie de celles de François Sommer, homme engagé qui avait à coeur de transmettre cette cause qui l’animait : la protection des espaces et des espèces. Originaire des Ardennes, Compagnon de la Libération, il succède à son père à la tête d’une manufacture de feutres et fait fortune grâce à l’invention de nouveaux revêtements de sols. Passionné par la chasse, qu’il pratique en France…

OU
OU

Commentaires