Santé

Vous êtes ici : Accueil » Santé » L’Anses : une feuille de route compliquée

L’Anses : une feuille de route compliquée

anses-1

L’Anses (Agence Nationale de Sécurité sanitaire, alimentation, travail), vient de publier sa feuille de route pour 2017. On y retrouve les grands sujets qui font l’actualité en matière de santé et d’environnement avec un programme vaste : « faire face aux expositions du quotidien et anticiper les risques émergents.

En charge de nouvelles compétences en matière de mise sur le marché des produits et des substances actives, à usage domestique ou industriel, l’Anses devra évaluer leurs risques, leurs dangers, mais aussi leur efficacité. Les AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) dont elle a la responsabilité pour les produits pharmaceutiques lui donnent une légitimité et un savoir faire qu’elle appliquera aux demandes d’autorisations pour les produits biocides.
Son laboratoire de Fougères, déjà très engagé dans ce domaine, travaillera sur les méthodes d’analyses des résidus de biocide dans les aliments pour éclairer les équipes en charge de l’évaluation de ces produits.
Des missions nouvelles d’alerte et de vigilance devraient, à terme, prévenir de futures intoxications à partir de cas comme ceux signalés par les CAP (Centres AntiPoison) pour mieux informer les usagers, voire retirer les produits les plus dangereux. Les données du CAP permettent à l’Anses d’alerter sur des sujets de vigilance nationale aussi étonnants que cette augmentation de morsures de serpents dans les Pays-de-la-Loire en 2016 qui a pointé du doigt les stocks problématiques de sérums anti-vipérins dans les pharmacies hospitalières.

L’Anses, pour mieux connaître la façon dont s’alimentent
les Français lance tous les 7 ans, des études Individuelles
Nationales des Consommations Alimentaires (INCA)

OU
OU

Commentaires