Livres

Vous êtes ici : Accueil » Réflexions » Livres » Comment la France a tué ses villes ?

Comment la France a tué ses villes ?

Olivier Razemon Editions Rue de l’Echiquier - 200 p. - 18 €

Olivier Razemon
Editions Rue de l’Echiquier – 200 p. – 18 €

Stores baissés, façades aux volets clos, commerce de centre ville en partie disparu, grandes surfaces encerclant leurs entrées. De nombreuses villes, si elles n’ont pas quelques atouts économiques et culturels, sont en train de mourir peu à peu désertées par la population. C’est le constat saisissant du livre d’Olivier Razemon « Comment la France a tué ses villes », un itinéraire dans cette France qui incarnait autrefois la douceur de vivre. Il explique les raisons de cette mutation funèbre et donne des pistes de réflexion pour éviter que la diagonale du vide ne devienne la référence de l’urbanisme des villes moyennes.

Dans un style clair, appuyé par un travail de recherche en profondeur, l’auteur est aussi allé sur le terrain pour rencontrer des habitants qui ne se résignent pas et cherchent à mobiliser les pouvoirs publics sur une autre façon d’approcher le coeur de ville et éviter que les grandes surfaces ne continuent à s’installer grâce à ce qu’il appelle « la machine à béton ».

Que peut l’Etat ? Il répond souvent, face à une situation difficile, par la subvention : 300 millions d’euros en 2016 sur le fonds de soutien à l’investissement public local sur 1 milliard d’euros pour les localités de moins de 50 000 habitants dans le but « de limiter l’étalement urbain, redynamiser les commerces, rénover des logements, etc. »

Pour Olivier Razemon, une ville représente un système vivant, il faut des idées et des initiatives pas forcément cadrées. Il faut de l’imagination, de la mobilité durable, de l’innovation humaniste. Il donne matière à espérer dans ce livre que tout élu, comme tout citoyen, devrait lire. ■

Commentaires