escande

Vous êtes ici : Accueil » Réflexions » Chroniqueurs » escande » Bonsoir Monsieur allègre

Bonsoir Monsieur allègre

ESCANDE-(2)Alors,  qu’est-ce  qu’on  peut  faire,  pour  se  tirer  de  cet  affrontement  qui  tourne  au  crêpage  de  chignon  et  qui  concerne  le  changement  climatique  ?  il  faut  reconnaître  que  la  réponse  n’est  pas  immédiate.  après  avoir  écouté,  analysé,  travaillé  les  propos  officiels  et  officieux  semés  ça  et  là  à  profusion,  la  conclusion   à  laquelle  on  aboutit  fait  hélas  le  plus  souvent  écho  à  ce  noble  cri  de  désespoir  lancé  par  une  héroïne  d’un  film  de  Jean-luc  Godard, laquelle, déambulant un peu paumée le long d’une plage, fait retentir le vide maritime de ce cri tragique : « Qu’est-ce que je peux faire ? Je sais pas quoi faire ! »

C’est bien vrai ça ! Aujourd’hui on ne sait plus quoi faire, nous non plus. Notez tout de même qu’en dépit du néant apparent, il faut malgré tout vouloir faire, car, comme l’a paraît-il, soutenu un jour le fondateur de la Cinquième République : « Quand on sait que les grands problèmes sont insolubles, on peut se mettre sérieusement au travail. » Et puis, peut-être encore, les grands problèmes ne sont-ils pas aussi insolubles que ça. Reprenant mes esprits et rassemblant mon énergie en fuite, il me revient cette pertinente affirmation que je tiens de la bouche même d’un ministre et auquel j’ai demandé ensuite une confirmation et qui s’est exécuté : « S’il n’y avait que des filles à l’Ecole, il n’y aurait pas de problèmes à l’Education Nationale. »

OU
OU

Commentaires